CARTONS !

Dans cette page figurent des exemples de questions qui ont été soumises au Comité de Quartier. Ces questions posent des problèmes majeurs de sécurité ou provoquent des gênes et nuisances importantes.

Le Conseil d'Administration du Comité de Quartier a donc décidé de créer cette page "Cartons jaunes et rouges" pour mettre ces situations en évidence. Bien entendu cela ne tend pas à faire croire que notre quartier c'est "Chicago", mais ces faits sont d'autant plus révoltants qu'ils résultent d'un manque total de politesse et de respect des autres. Ils peuvent donc être résolus avec un minimum de bonne volonté de la part de ceux qui les génèrent.




Une curieuse façon de manifester son opposition à une place réservée aux personnes handicapées !
(A l'aide d'un...slip)


De plus en plus d'automobilistes stationnent ou arrêtent leur véhicule de façon dangereuse: sur les trottoirs; sur les plateaux-ralentisseurs, sur les passages réservés aux piétons, devant des garages.

Ces situations ont été photographiées et peuvent être constatées à longueur de journée dans le quartier.

Les places de stationnement sont en nombre limité, par la force de la configuration des rues. Mais il faut constater que bon nombre de places, bien souvent marquées au sol, sont libres alors que des véhicules sont en mauvais stationnement à quelques mètres de là !

Ces automobilistes ne veulent pas admettre qu'ils mettent en danger les piétons qui sont obligés de marcher sur la chaussée, ou qui sont obligés de traverser en dehors des passages qui leur sont réservés.




Ils bloquent le passage pour les piétons ou l'accès à des garages dans lesquels les services de secours peuvent être appelés à intervenir. Leur responsabilité est sérieusement engagée.

Une mère de famille, qui marchait sur le trottoir avec un enfant de 4 ans à côté d'elle et un autre dans une poussette, a fait remarquer à une automobiliste qu'elle ne pouvait passer car sa voiture occupait tout le trottoir. Voici la réponse courtoise qu'elle a obtenue : "Vous n'avez qu'à marcher sur la route !". Chacun se fera une opinion ...sur le niveau d'intelligence, d'éducation et de savoir-vivre de ceux qui ne savent plus faire 20 mètres à pied !

Autre exercice qui se multiplie : le stationnement privé sur la voie publique ! Mettre un conteneur à ordures dans le caniveau, l'y laisser nuit et jour, ne le mettre sur le trottoir que si votre véhicule est devant chez vous.... et vous avez un stationnement réservé mais pas gratuit : les contraventions arrivent !! voire les poursuites devant les Tribunaux !...




Les crottes (et d'autres choses) sur les trottoirs.

Sujet inépuisable (si l'on peut dire)! On pourrait parler de sujets plus importants ! Oui, mais le piéton qui glisse et se blesse, parfois très gravement, considère que c'est un sujet TRES important. Sans compter la bonne humeur de celui ou celle qui se retrouve avec une semelle "en tartinée", et qui tente de la nettoyer en l'essuyant furtivement sur n'importe quoi à proximité (votre pas de porte par exemple). Il est en colère mais il a honte ! C'est un comble : se croire dans une situation humiliante à cause d'imbéciles qui n'auront, eux, pas honte de leur malpropreté.

Que penser des propriétaires de chien qui confondent pelouses ou espaces verts publics avec "lieux d'aisance pour chiens" ... Vive la photo de mariage à la sortie de l'Eglise, ou la pause familiale sur l'herbe du Jardin archéologique !

Il est certain que les services de la Ville mettent des moyens pour que nos rues soient propres : balayeuses, nettoyage au jet d'eau, balayage manuel, ramassage de détritus.

Nous en sommes satisfaits, mais les réactions de certains riverains en sont faussées. Maintenant on considère parfois que ces travaux doivent obligatoirement être faits par les services de la Ville. On les appelle : "Ca fait 8 jours que la balayeuse n'est pas passée et mon trottoir est sale! On paie des impôts !". Ces habitants oublient que chacun doit veiller à la propreté et à la sécurité du trottoir situé devant sa demeure. Nettoyer, enlever les saletés et ce qui peut être dangereux (crottes, déchets glissants, bouteilles, verre et, en hiver, la neige et la glace ...etc.) sur son trottoir et son caniveau est une obligation.

Les personnes d'un certain âge se souviennent des "amendes" que la Police n'hésitait pas à donner pour un caniveau sale.(Ces policiers à vélo qu'on surnommait "les hirondelles", à cause des pans de leur cape qui leur faisaient comme des ailes en s'ouvrant au vent quand ils roulaient).C'est vieux, mais l'obligation est toujours valable ... il n'y a plus "d'hirondelles" mais les "papillons" d'amende sont toujours possibles.

Cette question de propreté des rues n'est pas récente. En effet A. de Calonne dans son "Histoire de la Ville d'Amiens", publiée en 1899 rappelle qu'au 15ème siècle un règlement de police stipulait déjà :

"Il est enjoint aux habitants de tenir net le dedans et le dehors de leurs maisons et chacun jour, paravent huit heures du matin, faire balayer la devanture, faire jeter deux ou trois sellées d'eau et amasser les immondices par monceaux, afin que les barrotiers les puissent plus aisément charger dans leurs bléneaux (tombereaux), à peine de vingt sols d'amende".

Un lieu sale n'est jamais respecté et attire d'autres saletés. Il n'est pas "ringard" de croire au bon exemple et de le mettre en pratique. Que les propriétaires de chiens ramassent les déjections ou éduquent leur animal, que les détritus soient jetés dans les corbeilles placées sur la voie publique, ce serait déjà un énorme progrès.


Les "décharges" sauvages.

Rue du 31 août (arrière immeuble de l'OPAC. Les restes de pauses (arrosées) de lycéens, à 20 m d'une poubelle !
Des rats et autres rongeurs ont été vus !




Rue du 31 août. Les restes d'un déjeuner en voiture, à 10 m d'une poubelle !



Rue de Cagny (angle avec la rue Jules Barni).


Le poste de détente de gaz a failli exploser et provoquer une catastrophe à cause d'imbéciles qui ont incendié un conteneur ! Merci aux services de secours qui sont intervenus à temps !!


Les bouteilles sont bien rangées.....


Rue de Cagny : terrain un peu au-dessus de la rue Périmony.
Des déchets dangereux accessibles à tous (même aux enfants) !!


Chemin du Réservoir
Sans aucun commentaire !
Rue Abladène.
C'est plus simple de jeter ses détritus à l'entrée des garages quand on a fini de boire et manger ...ou quand on a fini de bricoler !
Chemin du Vélodrome.
"Non, non, personne ne fait jamais ça". Il y a donc donc une génération spontanée dans Chemin du Vélodrome !
Chemin du Vélodrome (suite).
La solution aux problèmes constatés dans cette partie du Chemin du Vélodrome a certainement été trouvée. Voir la page consacrée à ce Chemin du Vélodrome sur le présent site. Nous en étions persuadés mais nous avions oublié les provocateurs et autres égoïstes. Et là ce ne sont pas des jeunes !!.

Jardin archéologique de Saint-Acheul.
Il est plus facile de jeter ses branches dans le Jardin archéologique que de les porter à la décharge !
Si des arbustes, qui sont DANS le jardin archéologique, provoquent une gêne dans votre propriété, il suffit de les couper vous-même, ou de les faire couper par une entreprise, (voir les 2 souches en bas à droite) et de laisser le tout sur place (voir grand cercle).
C'est mieux de tout ramasser quand on taille les lauriers de sa haie...au lieu d'en laisser une partie dans le jardin archéologique !

Rue du 31 août.
Déjeuner sur l'herbe de l'espace vert de l'OPAC, derrière les immeubles de la rue du 31 août, est plus agréable qu'aller à la cantine ... peut-être. A condition de ne pas laisser tant de papiers, boites de conserve, sacs, bouteilles vides. Des rats viennent la nuit finir ce qui reste de nourriture !
Le même espace de l'OPAC : ces branches arrachées lors de travaux sont toujours là, bien "rangées", après 5 appels téléphoniques. Bravo la sécurité... "Ca va être enlevé rapidement..." ! Le 28 septmbre 2004 à 14h., au bout de 8 jours, les branches ont été ramassées !!!
Rue Vatable.
Ces déchets ont été mis sur le trottoir un jeudi après-midi...ils resteront là jusqu'au lundi matin, prochain ramassage des ordures ménagères !!
Merci pour les passants, les riverains et bonjour les odeurs... il fait chaud !

Ce n'est pas tout à fait ça le tri sélectif !!!
Rue Vatable.
ça se passe de tout commentaire !

Ce n'est pas tout à fait ça le tri sélectif !!!

Les actes de vandalisme.




Rue de Mons.
Des imbéciles sévissent dans cette rue où l'on ne compte plus les poubelles incendiées, comme celle-ci, les voitures calcinées et autres détritus jetés sur la chaussée ou les trottoirs les habitants sont scandalisés et la surveillance s'organise !



Chemin du Vélodrome.

Des vandales ont trouvé très bien d'incendier 6 chalets de jardiniers dans le Chemin du vélodrome après voir découpé un pan de la clôture metallique. Ils ont également incendié la benne située dans l'enceinte du Jardin archéologique risquant ainsi de mettre le feu à toute une partie boisée.
Après les deux tentatives d'incendie dans une école de la rue de Cagny et à la Tour du Marais les habitants sont révoltés et la colère gronde !

Rue Jacques Prévert.
Des imbéciles manquent d'incendier une école.
Bilan matériel :
-une voiture détruite;
-huisseries de l'école hors d'usage;
-façade à refaire;
-lignes électriques aériennes sectionnées;
-lignes téléphoniques aériennes sectionnées;
-trottoir détérioré.
Jardin archéologique.
De très jeunes garçons ont incendié une parcelle du Jardin Archéologique de Saint-Acheul !
Beau résultat... Mais comme ils ont été vus..... La surveillance des lieux est continuelle, de jour comme de nuit.
D'autres imbéciles ont fait brûler deux poubelles contre une porte du pavillon du Jardin Archéologique, pour fêter le jour de l'An 2005 ! NUL et INUTILE !

La pollution de l'air.

A proximité des voies de la SNCF.
Les diesels de la SNCF provoquent une importante pollution quand ces machines restent en stationnement à proximité des habitations ( quelques dizaines de mètres). La qualité de l'air devient critique.
Huit mois après cela ne s'arrange pas ...

Les bus dans la rue Le Mongnier.

En avril 2000 le Président de la Société des Transports Amiénois a annoncé en réunion publique que la demande du Comité de Quartier était acceptée : les bus ne passeront plus dans la rue Le Mongnier pour des raisons de sécurité. Promesse tenue. Mais ceux de certaines compagnies privées passent toujours dans cette rue... La preuve !

Vous pouvez nous écrire au sujet de ces dossiers ou de questions que vous voulez nous signaler.